Actualités

Des Alpes aux Vosges - 1915-2015
Depuis 2014, la France s’est engagée dans un cycle mémoriel consacré au centenaire de la Première Guerre mondiale. Pour les troupes alpines, le moment le plus fort de ces commémorations se place en2015, cent ans après les combats les plus violents qui ont déchiré le massif des Vosges. Bien que moins connus de nos contemporains, les noms du Linge, Tombeau des chasseurs, de l’Hartmannswillerkopf, Montagne mangeuse d’hommes, de l’Hilsenfirst, de la Tête des Faux… résonnent à nos oreilles comme des symboles du sacrifice et de la ténacité de nos anciens, avec la même puissance que les noms de la Marne, de Verdun, du Chemin des Dames.

Pourtant, malgré leur brutalité sans égale, cumul de la pugnacité des ennemis et de la rudesse du terrain, les combats des Vosges sont les parents pauvres de la mémoire collective. Si les communiqués officiels de l’année 1915 mentionnèrent souvent les noms des sommets vosgiens, ces attaques n’en étaient pas moins considérées comme étant de second ordre, car nul ne s’attendait, après les combats de Lorraine de 1914, à rompre le front dans ce secteur : l’objectif ici était d’améliorer la ligne de front, de conquérir des observatoires, de menacer les lignes de communications allemandes établies dans la plaine d’Alsace. Si la victoire de la France ne se jouait pas en ces lieux, il fallait pourtant tenir, ne pas laisser le terrain libre, ouvert aux attaques ennemies.

Côté français, deux divisions, en grande partie constituées de bataillons de chasseurs alpins, se partageaient la ligne de crêtes. Ces bataillons venaient de toutes les Alpes, depuis Annecy au nord jusqu’à Nice au Sud, Draguignan à l’ouest : ainsi, les soldats originaires du massif alpin ont défendu notre pays non pas sur la frontière italienne, comme ils y avaient été préparés, mais sur les sommets vosgiens. Adaptant à ce nouveau massif leurs connaissances du milieu montagneux, bénéficiant de la rusticité et de l’aptitude à l’effort que confère la vie dans les Alpes, ils ont combattu sans relâche malgré l’ampleur du sacrifice qui leur était demandé.

Cent ans après, il est essentiel que la 27e Brigade d’infanterie de montagne, héritière de ces soldats, leur rende hommage. Elle l’a fait au Grand Ballon le 19 mai 2015 lors d’une cérémonie sur les terres mêmes où ces Alpins ont trouvé une gloire immortelle ; elle le fait aussi par l’organisation de l’exposition de photographies Des Alpes aux Vosges, 1915-2015, présentée successivement dans toutes les villes d’où ils sont partis et qu’ils sont nombreux à n’avoir jamais revues. Puissent ces actions rappeler aux habitants des Alpes et aux chasseurs alpins d’aujourd’hui ce que nous devons à nos Anciens.

Général Hervé Bizeul - Commandant la 27e brigade d’infanterie de montagne

 
Sélectionner
Sélectionner
Sélectionner
Sélectionner
Sélectionner
Sélectionner
Sélectionner
Sélectionner


Diaporama